jump to navigation

Cause humanitaire novembre 20, 2007

Posted by marijo in Actualités, À lire !, Critique, Mardi.
trackback

slidemarie.jpgJe pourrais vous parler de la situation au Darfour, de la grève des transports à Paris ou encore des inondations au Bangladesh (Je suis informée hein???!!!). Mais non, une cause a attrapé mon attention ces jours-ci.

Parlons VIOLENCE !

Le mot en lui même est… cruel… violent. En le disant, dépendamment du ton, vous avez l’impression de recevoir une claque à la figure. Mais la violence n’est pas que physique, j’imagine que vous le saviez, elle est psychologique et de plus en plus présente.

Communément appelé « cruauté mentale », ce genre de violence est malheureusement très subtile. On est tous un peu violent psychologiquement parfois. Le simple fait de traiter quelqu’un de « niaseux » en blaguant, peut en être. Même si on se dit qu’il faut prendre ça au deuxième degrès, que c’est une blague, la personne qu’on vient de traiter d’idiot ne trouve peut-être pas ça drôle elle!!!

peace.jpg Ce n’est pas tout le monde qui peut prendre les choses à la légère. Une fois oui mais 15 répétitif non.

L’Agence de Santé publique du cacanadada publie une définition très intéressante.

Extrait:

Priver la personne de chaleur humaine – Se montrer insensible et inattentif envers elle; faire preuve d’indifférence à son égard; ne s’adresser à elle qu’en cas de nécessité; ignorer ses besoins sur le plan mental.

La limite entre les propos amicaux et ceux violents psychologiquement est vraiment fragile. Surtout lors des débuts de relation, où on ne sait si l’autre est susceptible ou non.

Un des effets de la violence psychologique saura de miner l’existence de la victime, de lui faire perdre sa confiance. (Le mot « victime » semble fort, n’est ce pas? )

Il faut aussi en parler avec la personne qui nous « victimises ». Elle ne se rend peut-être pas compte que ses petits sobriquets, ses blagues nous concernants, ou encore que ses absences représentent de la violence ! (Ref)

***

Sur ce, à tous mes lecteurs qui se sentent minés par leur entourage parfois, dites-vous qu’ils ne le savent peut-être pas, qu’ils tiennent à vous mais que si vous ne leur dites pas que leurs paroles vous blessent, ils vont continuer. Allez ! Hop ! Levez-vous et dites leur!

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :